• La Última Orden

    Author Orazio Valenti

    Se hace mucha publicidad sobre la ecología y hay muchos estudiosos sinceros sobre la defensa de la Naturaleza Madre.

    Pero digo: ¿Estamos presentes en la Realidad Actual o queremos hacer como los avestruces?

    ¿Pensamos en conservar “sillones” del Germoplasma, cuando ahora ya es inútil?

    ¿Queremos acepta la vacías esperanzas de la política positivista desde el último plano del gallinero donde habitan las poblaciones adineradas, pero no queremos ser conscientes de que quién las gobierna ha preparado en el sótano armas y explosivos inconcebibles?

    El Consejo Fundamental era: “¡Volved a poner las cosas en su justo sitio!”; sin haber hecho esto a tiempo, es una diabólica tomadura de pelo.

    Este es el juego económico, político, religioso, militar de ahora ya Imnombrado Gobierno Secreto.

    Y en el “mientras” son desatados “los Valientes” para distraer cada vez más a quien se deja llevar y “sueña” con la recuperación después de la “crisis”, para narcotizarlos siguiendo las ironías televisivas de los actores cómicos y en las películas impregnadas en las tristezas de ínfimo nivel humano.

    ¡Pero nadie va recto a señalar cuáles Causa se habrían debido eliminar para no sucumbir, y hoy todo resulta inútil!

    ¡La Naturaleza con Sus Leyes es limpia, precisa, inflexible, Justa!

    Mientras el hombre cree poderla modificar en la Leyes, y hacer y aplicar las propias con la mayoría de gobierno!

    Los titulares del poder económico, los gobernantes, los comandantes superiores de la platea humana política o militar, ¿qué creen de haber hecho construyendo las súper-armas?

    Continúan jugando con la carrera hacia el mayor “poder”, indagando entre las Pirámides, puertas dimensionales, lugares secretos en superficie y en el subsuelo terrestre, las descubren en otros Planetas o Satélites, ¿y entonces?...

    Es cierto que en la historia de siempre, infinitas humanidades y descubrimientos tecnológicos se han sucedido por todas partes; es cierto que los Seres más evolucionados han construido Civilizaciones para nosotros inconcebibles, ¿y qué?

    ¿Ciertas “fuerzas políticas terrestres” quisieran apoderarse de éstas para dominar las poblaciones haciéndoles creer de poseer una ciencia superior? No aceptan, no obedecen al hecho inequívoco de no se llegará jamás a una evolución científica superior si no se ponen en práctica Las Leyes Universales de la Evolución ante todo anímica-espiritual.

    Y conscientemente o inconscientemente están sometidos al hecho de que por encia de estos proyectos hay ciertos personajes invisibles con la intención de hacer perder la evolución anímica de los hombres.

    Pero estos “seres condicionantes”, nada pueden frente a los Verdaderos Extraterrestres que, desde la Confederación Interestelar, tienen el poder al instante de detener cualquier tipo de hostilidad o intención del gobierno secreto.

    Todo, en un instante, solo sería polvo.

    Lo que no harán hasta que no reciban La Orden del Padre de toda cosa. Porque está Primeramente La LEY del Padre, completada pero no anulada por el Hijo.

    En La Ley del Padre está el “Libre Albedrío” en el que entran las elecciones del hombre, sobre las cuales los Controladores Universales no intervienen... pero hasta un cierto límite.

    ¿De qué esperanza de misericordia queremos hablar entre los “Homo hombres lobos”?

    Cuando ciertos hombres de religión dicen: “No, el Padre es misericordioso”, deben darse bien cuenta de en qué consiste la Misericordia del Padre, como ya expliqué, porque en la Ley del Espíritu donde no existe la muerte, existe La Ley de la Evolución con la sucesión de las reencarnaciones, todo ser responde a la Ley “Ojo por ojo” por todo aquello que ha hecho.

    Si elige de equivocarse, paga y repite la experiencia.

    Por tanto, los Obedientes a las Leyes Universales, Maestros de Vida y de Verdad, no pueden intervenir si no es con La Última Orden del Padre que es la Estructura Lógica que no podemos comprender plenamente hasta que no hayamos alcanzado la Conciencia Superior.

    Todo prosigue hacia el destino que la comunidad, o cada ser viviente, ha elegido.

    Así es y será, toda fuerza nuestra de ataque es cero.

     

    Orazio Valenti

     

     

  • La resa dei conti

    Author Orazio Valenti

    Facendo seguito ad una serie di domande che fanno in tanti, rispondo.

    La Resa dei Conti nella confusione totale.

    -Gli uomini si sentono liberi di credere che tutto sia per caso, è meglio godere, tanto… “di doman non vi è certezza”, è giusto?

    L’uomo è libero di scegliere l’andamento delle proprie esperienze e del proprio destino, ma fino ad un certo punto. Quale?

    1° Quello di non toccare le Leggi che governano il Cosmo ed il Pianeta

    2° Di non invadere, oltre i limiti consentiti dal Karma reciproco, le scelte del Prossimo.

    Praticamente Non è libero di fare quello che vuole.

    Però è Libero di vivere, sperimentare e portare con sé nella prossima vita tutto il bene che ha fatto amando il prossimo, facendo il buon genitore, il bravo artigiano, musicista, artista, diligente nel vivere secondo le leggi umane e cercare con ogni mezzo di aprirsi alla più aperta coscienza ed ubbidienza alla Leggi Universali.

    L’uomo è libero di conoscere la verità e vivere secondo questa.

    Voi siete gli artefici del vostro destino.

    Bene o male che sia, voi tracciate il sentiero che percorrete domani. In questa esistenza edificate quella prossima. L’io sopravvivrà sempre, in eterno. Non vi illudete di poter sfuggire agli effetti della causa che avete provocato, sia essa negativa o positiva. Gli effetti saranno più duri se le cause che li avranno prodotti si ripeteranno, disubbidendo alla coscienza illuminata dalla conoscenza. Errare per conoscere è inevitabile. Perseverare nell’errore significa andare incontro a prove durissime, cariche di dolori e di sofferenze difficilmente evitabili. Il male che scaturisce dalla ripetitività delle cause negative, non è condonabile da chi presiede la legge evolutiva delle cose create dallo spirito creante. È bene conoscere questa eterna Verità, se volete ascendere verso la reale felicità del Bene Sublime. Ricordate bene: la vita di oggi l’avete costruita ieri, e la vita di domani la costruite oggi. Di questo abbiate piena coscienza.

    Pace. Il Consolatore. Nicolosi, 8 giugno 1978

     

    -E riguardo alla libertà di trattare come si vuole l’opera di Eugenio?

    Ognuno è libero di fare quel che vuole con i suoi pensieri, sensitività, studi, ma quando si tocca Eugenio bisogna attenersi a quanto da lui tracciato.

    È vero che ognuno ha la sua personalità, carattere, programmazione, ed il Cielo, attraverso Eugenio, ha sensibilizzato diversamente chi ha avuto l’intenzione di testimoniare e divulgare quest’opera, ma ci sono pilastri, basi comuni ben tracciate.

    Chiunque voglia seguire o le vie della consolazione o quella del risveglio dalle tergiversazioni della politica umana o spiegare in quale burrone si è avviata l’ecologia terrestre, il fatto principale è: “Gli Uomini Angeli di tutti i tempi ci avevano messo in guardia, e noi cosa continuiamo a fare?”.

     

    -E tu cosa hai scelto?

    Dopo di avere maturato all’università la preparazione ecologica ed essermi da sempre occupato del collegamento tra etica scientifica e spirituale, ho trasmesso con miei libri ogni consiglio, profezia, ammonimento extraterrestre datoci attraverso Eugenio Siragusa, che mi ha voluto come suo biografo personale, e con gli scritti a seguire ho riportato le sue ultime volontà per la fase conclusiva dell’operosità extraterrestre sul nostro Pianeta, chiarendo chi sono gli Esseri evoluti diversamente dagli alieni. Come meglio ho potuto, ho ubbidito. Chi mi vuole fare domande, può essere più costruttivo se legge prima i miei libri.

    Così come Eugenio si rivolgeva prevalentemente ai responsabili delle sorti dell’umanità, io lo ritrasmetto nei miei scritti, consapevole che ci siano tante persone di buona volontà ma nella impossibilità di cambiare il sistema manipolato da corruttori, corrotti e corruttibili (perché deboli, distratti, indecisi). Verso tutti coloro che sono in buona fede, cerco di dare un aiuto di consapevolezza sulla realtà costruita da chi non ha voluto ubbidire alle Leggi della Natura. Sarebbe meglio non farsi circuire dalle mille filosofie moralistiche o spiritualistiche, dalle mille politiche tornacontistiche che fanno allontanare dalla realtà unica del nostro spirito, che ci attende prima o poi verso la realizzazione individuale.

    Il mio rispetto, spero condiviso, è verso tutti, ma non riesco a compatire coloro che si sentono intelligenti ma privi di umiltà e timor di Dio. Per chiunque voglia parlare di Eugenio o servirsi dei suoi messaggi, è meglio che cammini nel binario, perché lui sta a guardare, e come soleva ripetere spesso: “Gli Angeli del Signore, Extraterrestri oggi, hanno i piedi di bambagia ma quando intervengono, hanno l’ordine e il potere del Padre”.

     

    È vero che Eugenio ha avuto diverse fasi operative nel corso degli anni?

    Si, ma quel che più importa è che col suo testamento negli ultimi anni della sua vita, ha ribadito gli ultimi consigli ed ammonimenti Celesti, l’allontanamento di chi stava deviando alla Opera Celeste che lui serviva, l’avvento dalla “parusia”, l’avvento della Giustizia, dicendo chiaramente: “L’amore è temporaneamente morto”.

    A suo tempo il Cristo stava portando la nuova Legge, e la gente doveva imparare, ecco perché ha chiesto al Padre di perdonarli, ma oggi lo sanno bene, e non sono più perdonati.

     

    Eppure lui è stato sempre molto amorevole.

    Non si deve confondere - le affettuosità che lui donava a chi dimostrava adesione per la sua opera, momentaneamente, con scritti, abbracci video o fotografici -, con le severe determinazioni prese alla fine, quando doveva iniziare la resa dei conti.

    Ribadisco, gli Esseri Superiori non hanno mai dato adito a smancerie amorevoli, tanto meno oggi. Anzi, il loro silenzio ed assenza, è una attesa di ciò che quest’uomo terrestre ha scelto: giustiziare sé stesso. Si voglia o no, è la Legge del Padre, che abbiamo ancora una volta attirato su di noi per difendere quell’Amore che abbiamo ricevuto a piene mani e rifiutato col nostro ego oscuro.

     

    -Non mi pare che siano assenti, ci sono molti che dicono di vederli, incontrarsi con Loro, ricevere messaggi.

    Ripeto, non vi è più alcun contattato. Dalla fine del XX° secolo, con le ultime predizioni donateci attraverso Eugenio Siragusa, fatti oggi più che mai evidenti, si era chiuso il periodo concesso per la redenzione dell’umanità.

    Ogni anima avrebbe ancora la Grazia di ravvedersi personalmente, mettendo in pratica ciò che può ancora risvegliarsi a capire, ma non nella speranza di misericordia, piuttosto nell’agire secondo i Principi Universali portati all’inizio della 7° generazione, 2.000 anni fa, ed oggi conclusa, dal Figlio del Padre.

    Non ci sono altri Gesù, né Maddalene, né chissà quali personaggi particolari.

    Il Gesù Solare, si manifesterà alla fine di questa “prova di esami”, per giudicare “i vivi e i morti”, nello spirito.

     

    -La religione dice che Dio perdona

    Ma a cosa è servito l’avvertimento di Giovanni nell’Apocalisse? E la Madre Celeste a Fatima? E le profezie di G. Bruno, di Rasputin ed altri? A nulla, visto che l’umanità (credente) preferisce abbandonarsi ad una inventata misericordia.

    Lo dovremmo sapere: “Con le opere, non con le preghiere” potremmo seguire l’esempio dell’unico Maestro.

    Molti “neo maestri” dicono: - Dovete pensare positivo, col pensiero si costruisce “il nuovo modo di luce” e tutto si sistema, senza corrucciarvi per ciò che è in atto -.

    sviluppando sorrisi bonari incoscienti e meditazioni formali che non fanno essere presenti al momento vivente.

    Mi verrebbe da dire: “Guai ai vinti dal tentatore subdolo, sdolcinato, avvincente”

    Il nostro spirito, figlio del Padre, va difeso con la fermezza, anche con ogni tribolazione dell’anima in questo inferno vivente.

     

    -E questi consigli, divulgazioni, sono state sempre volute da Eugenio?

    No, i Fratelli Superiori lo informavano e lui riferiva a chi andava a cercarlo. Non è mai esistito proselitismo, ma solo libera comunicazione di conoscenza. Mi aveva categoricamente detto: “Quello che non si può fare non si fa”, ed io ho ubbidito, anche se allettato da grandi proposte. “La verità non si vende e non si compra”, non c’è via di mezzo con la scusa delle offerte volontarie. Se c’è qualcuno che in segreto offre le spese è diverso, personale. Niente compromessi.

    Infatti Eugenio aveva fatto ritirare il mio primo libro e quelli di altri, dalla divulgazione editoriale, per metterli gratuitamente in Internet, e così per tutti gli altri. Lì, chi cerca trova, perché viene convogliato dal suo impulso spirituale.

    Lo stesso vale per le conferenze, sono gli interessati che chiedono sinceramente e si organizzano per parlare e sapere.

     

    -Spesso, nelle conferenze o interviste, Eugenio si accalorava, con passione.

    Era l’impulso animico che trasmetteva alle anime in ascolto, ma chi dava importanza alla forma e non alla sostanza, si sbagliava. Eugenio ripeteva spesso: “Dio non ama i cani muti”, perché bisogna usare il discernimento e dire cosa producono i fautori del male per disgregare gli equilibri naturali, la psiche, l’anima. Compito del cristiano è additare le tentazioni, “Aiutati che Dio ti aiuta”. Non si aiuta il prossimo con le placide parole amorevoli, ma con l’attenzione verso gli attacchi del dragone dalle mille teste. Questo ci hanno indicato di fare i nostri Fratelli Superiori.

    Se la “segretezza” degli esperti costituiti oscura la più importante rivelazione che si è manifestata dall’inizio del XX° secolo sulla realtà extraterrestre, chi ne è cosciente non la lascia sotto il moggio.

    Se le nuove armi di incalcolabile distruzione elettromagnetica, atmosferica, geodinamica, ci stanno sterminando, non possiamo pensare “non temere, il Signore è misericordioso, bisogna pregare e meditare”.

    Cosa abbiamo imparato dagli ammonimenti? Ad essere fiori appassiti che sognano il risveglio in una “luce” fantastica con un’anima persa, o essere guerrieri del nostro spirito che appalesa i progetti segreti e robotizzazioni?

    Lo sappiamo bene che non possiamo cambiare l’umanità, ma possiamo divenire coscienti e dare l’esempio.

    Ricordo che il Consolatore stesso diceva attraverso Eugenio:

     

    Non sentite? Non sentite la pesante mano di Dio?

    Volete essere ancora ciechi e sordi?

    Volete, ad ogni costo, mettervi contro la sua Divina Potenza?

    Volete ancora disubbidire, continuare a sfidare la sua Legge?

    Volete essere ripresi, castigati, indotti ad affrontare prove durissime?

    È una vostra scelta!

    Credete di poter resistere ai Voleri dell’Altissimo?

    Se non conosceste la sua Legge sareste giustificati! Ma la conoscete!

    Conoscete benissimo il suo Amore, la sua Giustizia, i suoi Voleri e le esigenze della sua Natura Vivente.

    Credete di poter ancora ignorare di essere strumenti della sua Cosmica Natura?

    Vi è stato affidato un compito, che non volete assolvere, che rigettate con orgoglioso cinismo, lo svolgete con le licenze di distruggere di disarmonizzare, di uccidere, di avvelenare, di spegnere l’Amore, la Giustizia, la Verità.

    Non sentite? Non sentite che tutto deve mutare?

    Il Consolatore. Nicolosi, 6 novembre 1976

    Chi ha orecchie, ascolti:”

    Iniziate a mettere in pratica gli insegnamenti che vi sono stati elargiti per Bontà Divina. Iniziate a svestirvi dei vecchi vestiti ed indossate gli abiti che dovete portare, se veramente desiderate far parte del nuovo popolo del Signore.

    Non basta avere imparato, occorre mettere in pratica i valori della nuova Legge che governeranno il Regno promessovi.

    Commettereste un grave errore se non vi preoccupaste di queste nostre sollecitazioni. Il tempo stringe sempre più e gli eventi preannunciati incalzano.

    I supremi disegni dell’Altissimo sono in via di sviluppo e prossimi i segni che annunceranno i suoi giorni di Giustizia e di Giudizio per tutti coloro che non hanno creduto.

    Il mondo verrà scrollato come un albero nell’occhio di un tornado, e il fuoco, l’acqua, l’aria e la terra, verranno mescolati in un furioso movimento di titaniche forze.

    Siate preparati e pronti ad essere spettatori e spettatrici di questo grande evento purificatore e non siano tristi le vostre anime per quanto i vostri occhi dovranno vedere e le vostre orecchie udire. “È il giorno che il Signore si è riservato”. Pace.

    Il Consolatore. Nicolosi, 3/11/1978

     

    -Quale speranza vi può essere?

    Con tanta amarezza e angoscia penso: sono le giovani generazioni a pagare per tutto questo: la gioventù manipolata, resa incosciente. I genitori coscienti (pochi) non riescono a salvare i figli dalla valanga sconfinata di violenza che li attanaglia.

    Dicono: “Tutto avviene per caso, ed io cerco di fare quello che voglio”. Travolti dalla competitività, credono si possa sopravvivere solo con il potere economico, che la realtà da accaparrare sia solo il denaro, e la vecchia “crisi esistenziale” non è che una pallida definizione.

    Questa competitività riguarda anche l’etica morale e religiosa umana: “Il mio dio è migliore del tuo”. Ma di quale dio inesistente parlano? Quale diabolica volontà li spinge ad oscurare l’Unica “Forza Onnipresente, che genera l’Armonia collaborativa di ogni atomo e di ogni Universo”? Quale disgregazione ha trascinato questa umanità nell’abisso della perdizione?

    Chi sono gli imbelli e persistenti fautori? Diamoci la risposta, mentre la gran parte osserva con noncuranza il baratro dal quale non abbiamo più il coraggio o la voglia di risalire, perché ci sono state tagliate le mani, cucita la bocca. I nostri figli dovranno imperiosamente avere la carta di credito ed il microchip!

    Ecco, anche il più flebile ricordo di chi è l’Uomo non esiste più.

    Però: agli uomini “consigliati” di buona volontà, sebbene crocifissi ma con lo spirito vivo, nessuno può imprigionare l’anima o cucire la bocca, ed il loro estremo sacrifico, già è stato ma sarà ancora utile ad aiutare l’opera degli Angeli in missione sulla Terra, rispettosi del libero arbitrio, ad essere da esempio e stimolo per gran parte, spero, non dei “miei” figli, ma dei “nostri” figli, nati angeli, figli come noi di Colui che È. 

    Orazio Valenti

     

  • Consejo e invitación fraternal

    Author Orazio Valenti

    Quisiera invitar, con consejo fraternal, a los amigos que han estudiado la obra de Eugenio y sus mensajes, a tener el sentido inteligente de la diferenciación y el máximo respeto hacia los escritos de caracter íntimo entre Eugenio y Poimandres. ¡Ya habría mucho que discutir sobre los comunicados parábolicos del Verbo Consolador, pero tratar como argumento al PADRE!...

    Es una Compenetración Espiritual entre Pimandro y Eugenio, que a nosotros se nos escapa, y nadie puede presumir de sentirse de ello, parte.

    Cuando Eugenio nos leía sus coloquios con POIMANDRES era porque él y solo él solo podía desarrollar una obra de Patmos Espiritual preceptivo dirigido a quien lo escuchaba, personalmente.

    No son argumentos para confundir con los Mensajes, sino solo para meditar y apreciar personalmente, si es que se logra, lo que transluce como Profundidad Volumétrica de coloquio entre similares.

    Nosotros no somos Sus “similares”.

    A nuestra dimensión viviente toca, simplemente, la buena aspiración de acercarnos a la Fuente de Infinita Misericordia y hacer aquello que nos ha sido dicho de hacer, dejando que en el Silencio y en el Recogimiento nuestro Espíritu vibre para ser consolado en la Conciencia, y solo si esto es permitido por el Gran Espíritu.

    No son argumentos para tratar en las conferencias, para que los eventuales corderitos que se acercan, siempre que no sean lobos disfrazados, puedan beber solo el agua adaptada a su sed inicial.

    No estamos preparados nosotros, ¿cómo podremos dar alimento para adultos a quien tiene necesidad de alimento para bebés?

    Y aún más: ¿Cómo podremos defenderlo y como podremos justificar la agitación de quien quiere comprender solo intelectualmente, y explicárselo?

    Es severa la responsabilidad de quien quiere “divulgar”, el Discernir las finalidades de los mensajes o grupos de mensajes de Eugenio, según los contenidos.

    Si el motivo de una cualquiera común conferencia o encuentro público o privado es aquel de hacer prosélitos, comerciar, complacerse en el propio ego, etc... se comete el enésimo, grave error.

    Y además... conviene recordar... “Tú ciertamente comprendes Mi decir y pocos otros incluso podrían contigo descifrar el Sentido Real de Mis Palabras, ¿pero quién más comprendería esto?”.

     

    Los tiempos son extremadamente difíciles, y solo el Gran Espíritu tira de las cuerdas de aquellos que se merecen acercarse a ÉL.

    Nos ha aconsejado de ser Humildes, expulsar el ego y respetar los estudios elementales.

    Ciñámonos a la Metodología Educativa que Eugenio ha repetido durante 50 años, y no presumamos de “ser iniciados” o de “iniciar” a alguien “además”, porque entraremos en otro recinto, así como han hecho “algunos”.

    Es además oportuno no cansarse nunca de repetir los mensajes que amonestaban a la Humanidad y no cometer los gravísimos e irreversibles errores que nos han llevado a la Realidad en la que vivimos.

     

    Eugenio lo ha repetido hasta el infinito, y este es la tarea de quien “cree incautamente” de apegarse a Su Misión. ¡¡Diversamente se cumplen otras misiones!!, buscando excusas para tergiversar o buscar de expresarse con política que no moleste al propio “carisma” hacia los oyentes.

     

    Eugenio ha repetido siempre hasta el final los argumentos base a discutir.

    Aquello que debéis divulgar es que la gente debe escuchar y poner las cosas en su justo sitio”. Y no pensemos que ya sean temas superados, anacrónicos, y si se quiere “ser espirituales” sin que nosotros y quien nos escucha haya cambiado prácticamente de vida reponiendo, al menos personalmente, cada cosa en su justo lugar.

    Por ejemplo: Constatamos que esta Humanidad es desde hace tiempo “sin Dios”.

    ¿Qué ha ocurrido? “¿Quién” la ha convencido de hacer un dios a “su” imagen?

    Si domina la falsa realidad del poder, del dinero, de la política, defendidos por el dispositivo militar, es porque éstos han hecho perder el concepto de la Realidad Inequívoca de la Vida Universal, de Su s Leyes.

     

    Hagamos la prueba de eliminar todo aquello que impide la Programada Evolución, o sea la política, la economía, las falsas religiones, y busquemos pensar en la Evolución de la única Conciencia Espiritual Planetaria y Universal, en estudiar esto como Primigenia Dedicación de tiempo y finalidad de vida.

    Sabemos que el trabajo, en la relación social, es solo una componente así como el parto, el respirar, los alimentos, la salud, pero nunca la supervivencia del cuerpo podrá prevaricar la vida de nuestra Esencia Interior, comprendiendo que es absurdo dedicarse a la posesión ávida de riquezas materiales, mientras que la elección debería ser transformar el Pan y el Pez (en el sentido de una vida necesariamente digna) hacia quien no los tiene.

    ¡La multiplicación de aquello que se entiende como riquezas humanas hacia quien no las tiene, sería la única posibilidad de supervivencia, no hay otra esperanza de salvación, en particular modo para quien tiene!

     

    ¡Deja todo y sígueme!”, es la única solución de Equilibrio, de Paz, mientras “¡continuáis tergiversando, haciendo reuniones, discusiones, reuniones, discusiones, presidentes, vicepresidentes, consejeros, economistas, entrevistas televisivas, encuestas, y esto hasta el día del Apocalipsis! Palabras, palabras, palabras”, bla bla, de muertos que entierran a los muertos.

     

    Dad a los demás lo que quisierais que fuese vuestro”, mientras tanto el “de más” de muchos ha destruido LA LEY imponiendo la cancelación de la Matriz de la Armonía del Todo, de QUIEN ha ordenado: “Ama al prójimo como a ti mismo”.

    Más que discutir sobre Seres de Luz o de Fenómenos, ayudémonos a comprender y hacer comprender lo que quieren decir Las Leyes Universales, ¡y no hay otras!

    Orazio Valenti

  • Eugenio me ha hecho ver

    Author Orazio Valenti

    Sobre este sitio oficial, www.eugeniosiragusa.it , el 27 Agosto, no he “recordado” el decenio de la partida de Eugenio, porque él de hecho no ha “partido”, sino que está detrás de una “Carpa”, invisible.

    Precisamente la noche del precedente terremoto que ha movido el centro de Italia, a la misma hora, me ha llamado en astral y me ha indicado hechos que confirman la gran tristeza.

     

    Comunico fraternalmente a quien está en el sendero.

    Antes me hizo ver que las ovejas temblorosas se habían dispersado, se habían marchado cada uno por su lado pensando en sus cosas, luego he visto un tribunal entre paredes ruinosas en el que estaba preparado el examen final, aquel que se suele llamar juicio, y preguntaba a cada uno: ¿Qué has hecho? ¿Has transmitido mis enseñanzas, mis mensajes? ¿Has preparado tu alma?

    He visto que el juez era él, el Enviado del Padre.

    Alguno revolvía entre las cartas esparcidas sobre la mesa, buscando una justificación.

    Y aquellos que escondidamente han robado sus conceptos para expresarlos en vanagloria e intereses propios personales, sin repetir públicamente cada vez más “gracias a Eugenio” por los conocimientos recibidos con amor fraterno, se han perdido más que los demás.

    No podremos decir: “No lo sabía”.

     

    Cuando continúo viendo los niños agonizantes en toda parte del Planeta por causa de las guerras o de fenómenos naturales provocados por el hombre asesino; cuando en los encuentros con quien quisiera aclararse las ideas y luego me dice que es difícil cambiar la conciencia propia de vida práctica porque vivimos en este “sistema”; cuando extiendo los brazos y me rompen el corazón... entonces pienso en el Maestro Jesús: “Vendré como un ladrón en la noche”.

     

    Para conocimiento de las Futuras generaciones”.

    Psicológicamente esclavos en Occidente.

    Psicológicamente esclavos en Oriente, al sur y al norte del Planeta Tierra.

    Así son dominados los pueblos, así son instrumentalizados e incitados los unos contra los otros.

    Con esta sutil, diabólica metodología, los seres que habitan La Tierra son privados de paz, de justicia y de fraterno amor. “El hermano contra el hermano, el padre contra el hijo” ¡en una lucha sanguinaria, violenta!

    Los tiranos del siglo XX festejan, ríen y se estrechan las manos, entre una sonrisa y otra, entre un caviar y suculentos pasteles. Para éstos el hambre no existe y no existen escándalos, privaciones amorales. ¡Para éstos todo es lícito, impunible! Roban, ordenan asesinar a quien no les resulta cómodo, a quien justamente los acusa e intenta de hacer caer de sus caras el velo de Maya que cubre sus bajezas. ¡Los justos, los buenos, sucumben! La historia nos lo enseña.

    ¡Pero!... Hay alguien que esta proveyendo para cambiar las cosas...”¡Veremos!”.

    Eugenio Siragusa.

     

    ¿La humanidad? Ha elegido diferentemente. Pero él ha plantado las semillas de la apertura al Despertar que quedarán en las almas de aquellos que seguirán los más variados destinos al final de esta vida.

    Es verdad que la vida continúa, como siempre, en cada segundo su propio libre albedrío, (pero el libre albedrío es relativo).

    No existe vacío ni inmovilidad. Nunca he pretendido de ser pesimista ni catastrofista en el teatro del Devenir de toda cosa, de todo ser. He, por otra parte, deseado conducir hacia la introspección, tras las quintas de este extraordinario e infinito teatro planetario, sea cual fuere la realidad relativa y la absoluta.

    Con todos mis errores humanos pero con pasión y sensibilidad, ha sido siempre mi intento de hacer partícipes hacia una mejor conciencia inspirada por Seres Superiores a nosotros, para abrir los ojos del alma y de la Inteligencia Espiritual hacia más verdaderos horizontes del camino humano.

    Así como el Ser Uno está presente en todo átomo de toda cosa, y lo está en Inteligencia, en energía, en animosidad y entre los cristales de la materia, igualmente todo átomo en el Cosmos refleja su omnipresencia, en modo que “Aquello que está en lo bajo está en lo Alto, y viceversa”.

    ¿Somos a Su imagen y semejanza?

    ¿Para dedicarnos a qué finalidad de nuestra existencia?

    ¡Las Leyes del Cosmos, en Su infinita Armonía, Son!

    Ya que existen, Son.

    Toda Ley de la Galaxia, es respetada en su ámbito dimensional.

    Y así existen la Leyes de nuestro Sistema Solar. Leyes de vida posible, de colaboración evolutiva, por lo tanto de amor fraternal, entre todo átomo y todo organismo viviente. No existen las Leyes impuestas por un dictador, son Naturalísimos principios de Ecología y de Economía Cósmica.

    Si queremos sobrevivir, en equilibrio con el Ambiente dimensional en el que vivimos, o se vive respetando las Leyes Cósmicas o se sucumbe.

    He aquí lo que es diabólico, y es el pecado original, el solo pensar de socavarlas y de querer hacer nuestras leyes sin cabeza ni cola. Perseverar en esto, lleva a la perdida de sintonía con la Naturaleza Viviente, pérdida del sentido común, caída libre, inconsciente demencia.

    La perseverante obstinación de no querer comprende la Ley y desobedecerla, lleva a la falta de humildad, a la progresiva perdida de la inteligencia, y por tanto al decaimiento de esta temporal experiencia de vida, a la anulación del cúmulo de las experiencias pasadas, viniendo resucitados en dirección de una diferente vida, para volvernos a proponer, a continuación, ulteriores experiencias tendidas al aprendizaje de la humildad.

    La Ley por tanto ES, porque es el latido del lirio que cada minúsculo fluctuar de la Galaxia. ES, porque el Sol, el Planeta, la Ecología Natural ES, así como es. No puede ser diferentemente.

    Entonces nuestra humildad es nuestro más alto certificado de inteligencia, más allá de la escucha, análisis, maduración, deducción, concepción: Ser también nosotros en Aquel que ES.

    Y en Aquel que ES, yo amo para amar, doy mi vida para vivir juntos, alargo mi corazón y mis manos para ayudar, opero para ti y tú para mi, todos para todos, así como toda partícula del Universo Infinito.

    Si no amo, no existo, hasta que, en el transcurrir de las pruebas y reintentos de las reencarnaciones, aprenderé a amar, para comenzar a aprender la Escuela más alta, la del devenir Ángeles, Servidores del Dios Viviente, siempre más consciente de la Escala evolutiva sin final.

    Cuando habré dado todo mi mismo, exhausto, podré dirigirme al Maestro y preguntarle: “¿En qué he errado, cómo puedo mejorarme y dar más?”.

    ¿Lo que nos ha sido aconsejado por los Hermanos Superiores a través de Eugenio era muy fuerte para nuestros oídos, para nuestro ánimo?

    Yo no puedo hacer otra cosa que repetir que el error original de esta humanidad terrestre, ha sido pensar de poder hacer lo que quisiera, no habiendo concebido en sí que las Leyes están y son la Naturaleza misma: O te Adecuas al justo vivir = Obediencia, o por otra parte sucumbes = No supervivencia.

    ¡Cuanto ha sido dicho por Eugenio, permanece! Muchas veces repitió: “Remeter cada cosa en su justo lugar”. Hoy ya no es lo mismo, porque se debían haber reparado desde hace tiempo las Causas de los males.

    De nada sirve discutir sobre las curaciones de los efectos.

    Orazio Valenti

  • Les vrais cintactes et les « canalisations » : l’epilogue psychique de l’Humanite

    Author Orazio Valenti

    Mardi 30 Octobre 2012. Partie des écrits d’Orazio Valenti

    Le thème des « canalisations » fantaisistes est toujours davantage évoqué en publique. Quelques chercheurs sincères ont eu l’intention et le courage d’affronter cet argument, étant préoccupés par le fait que tout peut être sophistiqué par la volonté et l’instrumentation humaine. On se demande donc : qui croire ?

    C’est pourquoi je répète que, depuis plusieurs années, il n’y a plus de contactés.

    Je laisse la définition de « canalisé » à un individu qui est « utilisé » par des volontés diverses de la sienne, soit de nature technologique, mentale ou ésotérique. Toutes autres choses sont les expériences des anciens prophètes et des récents contactés, qui ont de manière simple analysé et « touché » la réalité, les intelligences qui se mettaient en colloque avec eux, les voyages « corporels » faits sur leurs engins, ainsi que l’offre et l’obéissance pour l’ouverture de leur propre conscience lors de la mission entreprise.

    Face à ces expériences : « Qui est l’homme ? ». Il semble très facile de répondre, quoiqu’honnêtement ce soit difficile. C’est facile pour celui qui se limite à la notion des sens, mais ça ne l’est pas pour celui qui veut aller plus loin.

    L’homme est toujours en lutte incessante entre le matérialisme pragmatique et ses élans intérieurs qui le poussent vers un « savoir » qu’il « ressent », mais qu’il refuse, vu qu’il n’a pas le courage de se détacher de son animalité.

    Si nous analysons les décisions prises dans la vie humaine, nous constatons que par spiritualité on entend le choix moral de chacun, sans tenir compte des Lois Universelles, et l’on est anarchique envers la Réalité à laquelle, qu’on le veuille ou non, nous appartenons. Si, au contraire, les enseignements et les Lois, que nous ont rappelées les Envoyés Célestes, sont pris en considération, la spiritualité est la vie en obéissance consciente aux Lois de l’Esprit, et cela est le sentier de l’intelligence vers l’Ego Sum divin.

    Analysons encore une fois les trois réalités de l’homme.

    Selon la science humaine, la vie matérielle est casuelle. Vue à travers la réalité corporelle temporaire, elle est liée à des phénomènes, très peu compris, de réactions physico-chimiques-biologiques, qui sont à la base des impulsions hormonales et électriques du système neuronal, le tout dérivant d’un « projet casuel », même si continuel, de l’ADN. Et alors ? La mort ! Tout arrive par hasard et disparaît. La science traditionnelle insiste sur ce concept. A l’école, on l’étudie.

    Selon la synthèse moderne du Néodarwinisme, l’évolution dérive de la variation génétique des populations naturelles, produite de manière casuelle par des mutations (dont nous savons, aujourd’hui qu’elles sont parfois causées par des erreurs dans la réplication de l’ADN) et des recombinaisons des chromosomes homologues.

    Selon les explications de certains scientifiques, le Néodarwinisme n’a aucune valeur : l’augmentation des micromutations dénote seulement une détérioration du patrimoine génétique, avec l’apparition de nouvelles maladies. Mutations rares = nouvelles maladies rares. Comme il a été rapporté dans un article paru dans « Sciences », cela s’appelle « Risque individuel de maladies génétiques complexes ». L’évolution darwinienne par cas et nécessité est donc erronée, car il existe des mécanismes qui amènent à l’accroissement des situations pathologiques et à l’extinction des espèces. On ne peut pas faire de théories si l’on ne connaît que 3% des fonctions de l’ADN, de la biochimie et de l’Univers. A quoi ont servi les nouvelles découvertes scientifiques sur le halo d’énergie qui compénètre le corps et qui le quitte immédiatement après la mort ? Et la succession des révélations de caractère quantique sur la réalité supérieure ou énergétique de la vie ? Les preuves toujours plus évidentes que tout est interconnecté, chaque atome de chaque chose, nos pensées, les vibrations émanant de nos actions et l’étroite collaboration entre les éléments de la nature ? Pourquoi n’avons-nous pas apporté la plus grande attention aux rapports sociaux entre les individus, à la totale collaboration, et non compétition, réciproque ? (Essayons de l’expliquer aux banquiers !) Par quel jeu diabolique nous sommes-nous complètement empêtrés dans la soif de propriété, de pouvoir et de compétition ? Mais qui croyons-nous être ? Nous sommes des perdants au dernier stade.

    Nous pouvons encore plus discuter sur la vie animique. Si nous partions à la découverte du corps d’énergie, qui compénètre et vitalise le corps physique, nous pourrions nous rendre compte qu’il y a des « Champs vibrationnels ou informatifs » toujours plus subtils, qui instruisent les dynamismes vivants et qui sont les causes de notre comportement, de notre santé, de nos expressions opératives, de notre pensée et de notre caractère. Ces champs vont de ceux qui nous sont propres à la syntonie des champs des autres êtres vivants animaux, végétaux et minéraux, y compris la Planète qui nous héberge et tous les Corps Universels.

    Je vous le répète, comme nous l’avait révélé le premier de tous, Hermès : Tout est interconnecté !

    Naturellement, l’homme a sa propre personnalité, capable d’influencer et d’être influencée par le Tout. Et c’est justement à partir de ce concept que je veux diriger l’attention sur les champs d’action de l’âme.

    Notre âme est un quid d’expériences, plus ou moins surmontées, que nous avons vécues et gardées ; c’est notre personnalité dynamique invisible, la « nôtre ». Et pourtant Jésus, lorsqu’Il a libéré le possédé par un troupeau de porcs, a expliqué que chacun de nous en a au moins sept dans son corps. Que veut dire cela ?

    Ce sont des questions que tout chercheur de la vérité s’est posées. Ainsi qu’il est juste de se demander où va le halo énergétique qui quitte le corps, selon les expériences vécues.

    Où vont ou comment les âmes désincarnées errent-elles ? J’ai déjà traité de cet argument dans mes livres, mais maintenant arrêtons-nous sur le rapport qu’il peut y avoir entre ces âmes et ceux qui veulent faire des expériences de « rappel », car ainsi ils commettent la grave erreur de ne pas permettre à l’âme de poursuivre sa route. Et pas seulement car, ne sachant à qui on a à faire, on envoie à sa propre perte l’intégrité de son âme. Il serait plus opportun d’obéir à l’autorité de son propre esprit plutôt qu’aux faiblesses de son intelligence.

    Il existe les Lois de la réalité animique d’attraction et de répulsion, cela dépend de l’évolution personnelle des âmes et de la faiblesse ou de la force qu’elles mettent à surmonter les influences, qui peuvent créer la cohabitation ou « possession ». Ces unions, positives ou négatives, se passent au niveau animique, soit avec des âmes d’individus qui ne sont, pour la plupart, plus vivants. Les motifs pour lesquels les âmes des individus qui ont quitté leur corps restent encore liées à la dimension terrienne sont variables : une vie d’erreurs et de méchancetés volontaires, l’appel d’un parent ou d’un ami, ou parce que l’on se sent seul sans son conjoint, une mort prématurée causée comme une très grave erreur par l’individu lui-même, etc… Ces âmes ont le devoir d’induire en tentation les âmes des vivants, en les incitant à commettre les mêmes erreurs.

    La science humaine arrive à peine à se rendre compte, sans l’avoir sérieusement expérimentée, de l’existence d’un corps énergétique qui compénètre le corps matériel. C’est tout.

    Ce corps énergétique n’est que l’expression la plus basse de la vitalité corporelle, mais il renferme une partie des projets et des expressions provenant d’hologrammes toujours plus subtils ; ils procèdent des sphères du corps astral ou énergie pure de l’être humain. Oui, on peut y lire les états de maladie ou de santé et ses mouvements, avant et immédiatement après la mort du corps matériel, jusqu’à ce qu’il quitte définitivement le corps physique, rien d’autre. On a atteint des progrès exceptionnels quant à la prise de conscience que l’homme n’est pas seulement le corps physico-chimique-biologique, même si la plus grande partie de la science traditionnelle ne l’accepte pas, voulant l’expérimenter et « le découvrir » par ses propres moyens, relatifs et ridicules, et pensant même pouvoir intervenir sur le corps vital.

    Cela est absurde par simple logique : tout processus provient de la Cause et ne pourra jamais partir des effets des actions corporelles ou de la fausse intelligence avec laquelle on croit pouvoir interagir à travers les circuits neuroniques cérébraux.

    A part les énergies extrêmement complexes de l’âme et la réalité de l’énergie sublime du Corps Astral, il y a la réalité de l’intelligence Spirituelle, la Cause, l’Essence de la manifestation humaine à tous les niveaux, inspiratrice de la Conscience Supérieure, que nous ne voulons pas écouter.

    On peut le comprendre uniquement avec la Conscience Spirituelle. Nous sommes spirituels si nous dédions une vie obéissante à notre Entité personnelle supérieure, à notre Esprit.

    Ce Fils du Père, au cours de ses incarnations, a la possibilité de se réveiller en nous et de nous indiquer toujours plus la Bonne Voie vers l’Autoréalisation. Cela est possible seulement si nous menons une vie propre dans l’âme et dans le corps ; c’est-à-dire lorsque nous réalisons l’obéissance aux Lois de l’Esprit et une syntonie des vibrations animiques positives qui, au lieu de nous tenter, nous aident.

    J’ai fait cette synthèse pour vous expliquer au mieux ce que sont les phénomènes de médiumnité et de « canalisation surnaturelle ». Il est facile de comprendre qu’une âme saine et consciente ne se fera ni posséder ni abuser par des âmes tentatrices. Ne nous croyons pas sûrs, vu que la dimension impondérable sait et voit ce que nous ne pouvons ni voir ni sonder. Les volontés animiques par lesquelles nous nous laissons rouler connaissent bien nos points faibles et savent comment elles peuvent nous émerveiller et nous attirer. Elles peuvent donc nous présenter des phénoménologies extraordinaires, nous dire des choses qui sont arrivées dans le passé et aussi un peu du futur ; nous en restons tellement abasourdis que nous croyons à un rapport avec des êtres supérieurs. Il n’en est rien. Et le pire, c’est que nous transmettons aux autres cette crédulité. Les jeux sont faits, car ces petits diables induiront les âmes faibles à faire ce qu’ils veulent eux, et elles seront à leur merci.

    C’est un mauvais calcul, car c’est nous qui cherchons ces sollicitudes, qui les appelons, et les résultats nous laissent perplexes, comme l’inquiétude que te transmettent les « médiums » ou les « contacteurs », c’est-à-dire ceux qui décident ou demandent le « contact ». Il n’en va pas de même pour les « contactés » qui, comme les anciens prophètes, ont été invités et se sont prédisposés à faire les intermédiaires entre l’homme et le divin, uniquement de la manière et au moment où le divin le veut, ne fut-ce qu’une seule fois puis plus rien pour le reste de la vie. Les contactés ne sont pas « canalisés ».

    Mais chacun de nous, pris par le collapse de toutes les valeurs, déçu par des fondements auxquels il croyait, veut raconter la sienne. Il prétend que seul ce qu’il dit est juste. Ceci parce que la Réalité de l’homme – qui sommes-nous et où allons-nous – s’est perdue dans un marasme général.

    C’est là que voulait nous conduire la déstabilisation du tentateur prophétique. Nous avons perdu la Réalité de l’Ame et de l’Esprit. L’âme a été désarçonnée par les dynamismes d’une vie imposée. On ne sait pas ce qu’est devenu l’esprit, car son concept a été substitué par des significations absolument erronées.

    On arrive à dire que ce temps est le réveil des capacités spirituelles, d’une prétention de liberté et d’une évolution en marche. Beaucoup en arrivent aussi à affirmer que le passage de la tromperie globale à l’illumination pourrait avoir lieu du jour au lendemain, en entrant dans la Communauté galactique.

    Quelle tromperie illusoire !

    La réalité est d’un fort caractère auquel il faut prêter attention : on ne peut pas parler d’amour, de méditation, de sérénité et de la confiance que tout ira mieux, si nous n’édifions pas nous-mêmes ces valeurs avec toutes nos forces pratiques. Et si nous constatons que cela n’est pas possible, il nous faut être honnêtes en voyant le délabrement de la vie sur cette Planète, en tant qu’œuvre de l’homme. C’est autre chose que se moquer de nous, nous tromper nous-mêmes et les autres. Pour quelles raisons ? Pour encaisser de l’argent, par prosélytisme ou fanatisme.

    Qu’aurait-il dû se passer à l’échéance de ce jour universel, fin d’une génération humaine terrestre, fin de la période de la Loi que nous avait laissé le Christ, il y a deux milles ans ?

    Elles ne sont pas fantaisistes les dates des Grandes Pyramides ou du Calendrier Maya ; elle n’est pas fantaisiste la prophétie que nous a donnée Eugenio sur le possible passage de l’homme terrestre en quatrième dimension, non.

    Mais quelles étaient les bonnes caractéristiques que l’homme aurait dû atteindre pour ce passage ? Mettre en pratique la Loi et vivre en conséquence ; collaboration totale entre les individus des 4 races, jusqu’à la fusion génétique pour la formation de l’homme terrestre. Réalisation de la prise de conscience spirituelle et collaboration avec les habitants des autres planètes ; pour conclure : passage de la conscience individuelle à la Conscience Planétaire.

    Cela ne s’est pas produit ; l’humanoïde terrestre est retourné en arrière dans ses évolutions, malgré le sacrifice extrême des envoyés, dont le fondamental et terminal est Eugenio Siragusa.

    La Planète effectuera quand même le passage, par Loi d’Economie Cosmique, seulement après que l’Esprit Absolu de chaque atome de chaque chose aura décrété la conclusion du temps assigné et l’acheminement de cet humanoïde sur des planètes en formation, plus adéquates à son niveau évolutif.

    Cela, chers messieurs scientifiques, n’est pas un argument qui peut être affronté avec la technologie ou la logique expérimentale. C’est une connaissance qu’on affronte à grand-peine, avec une très grande humilité, et d’innombrables vies, vécues dans l’obéissance aux Lois Universelles.

    Et pourtant, cet homme était au seuil de parcourir ce sentier, mais il a préféré se tourner vers la stimulation des bas instincts de l’argent, du pouvoir et des protagonistes.

    La volonté des irresponsables de l’humanité et le conditionnement antérieur des populations sur des plans « dits » moraux, par rapport à l’éthique de l’argent, de la militarisation et de la cybernétique, nous démontre qu’ils ont insisté, en se cachant la tête dans le sable. La possession de l’humanité terrestre est donc complète, avec les projets de maladies inguérissables, implantation de micro chips et éclatement général de guerres bactériologiques, chimiques et nucléaires.

     

    Hoara explique :

    Il y a une pernicieuse incompatibilité entre les exigences cosmo physiques et cosmo dynamiques de la planète et les activités néfastes de l’homme qui l’habite.

    Il existe, même si peu connu, un ordre qui règle une réciproque assistance évolutive entre micro et macro, entre l’être qui incarne l’intelligence et la Lumière omni créative qui structure le devenir continuel de l’être cosmique.

    Il existe aussi une loi infranchissable de Cause à Effet, toujours omniprésente et toujours en action, capable de produire des mutations là où les causes sont en opposition avec les exigences de la nature cosmique.

    Le stimulant qui sollicite une mutation découle des effets que l’ordre cosmique repousse, puisque contraires à son équilibre et non tolérés par l’ordre créatif.

    C’est la logique cosmique !

    Hoara salue

    Nicolosi, le 21 février 1985 à 14 h.

     

    A cette humanité qui n’est absolument pas préparée, on propose des contacts fantaisistes, des scénarios de paix ou d’apocalypses adultérés, propositions des nouveaux conducteurs et de leurs projets secrets.

    L’idée de faire la paix, à quoi a-t-elle servi ? François d’Assise est un exemple pour toutes les religions du monde. Il a encouragé la pauvreté, justement pour aller contre l’opulence d’une série d’institutions religieuses humaines, qui se comportaient dans le sens antéchrist, en réalisant un pouvoir typiquement matériel envers l’humanité.

    Et depuis le temps de François, l’enseignement de ne pas se contenter de parler seulement, mais de se dépouiller au-dedans et en-dehors. « Laisse tout et suis-moi », pour apprendre à servir dans la plus grande pauvreté et humilité des enseignements, pour vivre en paix et construire la vraie civilisation.

    Dans le passé, cet homme terrestre a voulu, et cela était nécessaire, passer par les expériences de haine et de guerre, tantôt reconstruisant et tantôt détruisant tout. Mais l’expérience ne l’a pas amélioré. Autrefois, c’était le corps-à-corps ; aujourd’hui, ce sont les armes fatales, qui éliminent d’entières populations et la Planète elle-même. C’est pourquoi la limite a été dépassée lorsqu’il a découvert la bombe atomique et que les expérimentations ont commencé. Cette « expérience », nous a-t-on dit plusieurs fois, nous avait été consentie par les Hiérarchies Spatiales, mais l’homme en a construit tellement et il a construit d’autres armes pires, contre l’équilibre psychophysique de l’humanité entière ; il continue à en construire contre sa propre et désormais terminale survie.

    L’homme croit réellement en ce qu’il fait avec sa science ; il croit pouvoir transmettre l’immortalité à travers l’ADN, alors que seul l’esprit est immortel. L’homme, l’homme vrai, est l’être universel responsable de sa propre intelligence spirituelle. Cette réalité sublime n’a rien à voir avec toutes les inventions que l’homme a faites avec son propre égocentrisme.

    C’est pourquoi le Top Secret a germé dans le temps, tant envers les interventions extraterrestres, les révélations et les enseignements des envoyés célestes, qu’envers les soi-disant prophètes.

    C’est un grave problème, qui a empêché l’homme terrestre d’évoluer et de se libérer dans la conscience universelle. Il est, au contraire, conditionné par la survie matérielle, où il s’est mis dans la tête l’idée de la mort de Dieu. Quel dieu ? Si c’est celui que les religions ou certaines philosophies ont imposé, il n’a jamais existé.

    Qui est Dieu et qui est l’homme ? Pourquoi ces concepts fondamentaux pour nous libérer des haillons et des cavernes qui nous entourent encore ne sont-ils pas approfondis avec une extrême humilité ? Peut-être sommes-nous si robotisés, que nous défendons et acceptons avec pouvoir et violence armée notre entêtement « non réalité » de l’injustice, des frontières du voisin, de la Nation et de la Planète. Nous sommes devenus tellement et barbarement isolés de la conscience de la vie, que l’obscurité dans laquelle nous nous sommes plombés a annihilé notre esprit, la seule petite flamme réelle de notre présence dans l’Univers pullulant d’infinis « je suis ».

    Analysons quelques faits qui se succèdent à l’évidence quotidiennement : Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut ni entendre, ni voir, ni comprendre, ni vivre en conséquence.

    On le savait, l’humanité s’est destinée à vivre cette ultérieure et plus terrible expérience.

    Pendant que quelques somnolents poussent à « penser positif », d’autres ajoutent des explosifs aux plans soutenant notre habitation qui est en train de s’écrouler.

    Nous souvenons-nous des veuves dont la lampe était sans huile, et qui étaient restées derrière la porte ? Elles ont heurté, mais une voie profonde venue de l’intérieur a répondu : « Je ne vous connais pas ! »

    Il fallait s’en préoccuper depuis de nombreuses années, au lieu de « découvrir » aujourd’hui qu’Eugenio Siragusa avait raison. Cherchez, cherchez parmi ses messages, et vous trouverez le miroir de ce qui est en train d’arriver.

     

    Réfléchissons sur ses dernières chroniques :

    • Le Soleil crée et transforme ; il décide de la marche de Son Système, homme compris. Ses radiations font naître la vie, mais peuvent aussi la retrancher. Ses Ondes, qui nous ont toujours

    • rappelé d’entrer en syntonie avec Sa Volonté et avec Mère Nature, vibrent maintenant d’émission amplifiée… et nous n’avons pas voulu être préparés. Comment voudrions-nous lui répondre ? Avec l’exo politique ou avec la politique économique ?

    • Comment peut-on arriver à penser que « les autres » ajusteront les choses que nous avons démolies en ne les mettant pas à « la bonne place » ? Comment peut-on se tromper en croyant que nos corps se mettront en syntonie avec la Terre, sans que nous ayons exécuté les directives de l’esprit, ni que nous ne nous soyons préparés à cela au cours des dernières vies ?

    • Après avoir pollué la Nature comme des forcenés, nous voulons qu’elle nous alimente encore avec ses fruits et son eau ?

    • Les océans et l’atmosphère causent des ouragans et des raz de marée toujours plus fatals.

    • La fonte des calottes polaires, la dérive anormale des Plaques continentales et les tremblements de terre qui se succèdent. Qu’est l’homme, avec sa fantastique technologie, face aux éléments planétaires ? Un fétu qui peut être balayé en un instant.

     

    Mais, grâce aux divulgations de certains journalistes les plus sincères, nous relevons que les anciens adeptes de la méthodique rébellion contre-nature se sont aujourd’hui « modernisés », avec des jeux de « stratégies de génocide » :

    • Outre au marché de l’énergie atomique, du pétrole et de l’or, il y a celui des vaccins, des contaminations par les traînées chimiques et les pandémies (je me souviens, il y a une vingtaine d’années, de l’information que me donna le Prof. Académique Pantellini sur la construction, en laboratoire, du virus du SIDA et d’autres). Il devient toujours plus évident que les vaccins amènent un risque très grand de réactions adverses, telles que les épidémies mortelles, difficilement quantifiables, et dont les prédispositions restent silencieuses en l’absence d’un facteur déclenchant. Il est dit dans l’article : « Le système des vaccinations pédiatriques trouble lourdement la formation du système immunitaire et il est protagoniste de maladies autrefois inexistantes mais toujours plus diffuses aujourd’hui ». Chacun est libre de vouloir approfondir ou non. Mais la prise de conscience est toujours plus divulguée que les industries pharmaceutiques ont complètement corrompu les institutions, la recherche et les médecins, pour en retirer des profits dans les cas de maladies. Toujours est-il que, si l’on réussit à vaincre le cancer, ces industries qui font circuler des trillions de dollars trouveront immédiatement de nouvelles et plus effroyables maladies, afin de commercialiser de nouvelles « cures ».

    • « On n’accepte pas que certains pays aient l’atome ? C’est une décision qui devrait valoir pour tous les pays, sans exclusion.

    • Autre arme de destruction massive : les OGM ! « Alarme du gouvernement français et de l’UE ». Ils sont nés à partir d’ingénierisations, d’où des troubles et des variations de l’ADN ; ils génèrent une transmissibilité de variations génétiques irréversibles et tumorales. Fallait-il attendre quinze ans pour le savoir ? Ne le savait-on pas déjà ? En attendant, une grande partie de l’agriculture est OGM. Comment retourner en arrière ? c’est impossible ! Les contaminations sont devenues définitives.

    • Nouvelles armes psychotroniques. Quelqu’un l’a dit ; je me réfère à ce qui a été révélé par un agent des services anglais : « Les agences d’intelligence font un usage impropre des microondes dans tout le monde, en provoquant des maladies et des conditionnements du cerveau, en épiant et modifiant les pensées. Ces scientifiques ont une licence pour tuer à l’aide de ces technologies ». Le journaliste explique plus amplement que l’usage du conditionnement télépathique violente psychologiquement les personnes, sans se faire reconnaître. C’est un super secret et un programme dévastant de certaines agences gouvernantes.

    • Maintenant il y a Miraci, le rayon de la mort des guerres satellitaires (Prix 60 milliards de lires)

    Dans l’ombre et le silence arrive un éclair de lumière dévastant ; d’un diamètre de deux mètres, et d’une vitesse de 300 milles km à l’heure, il brûle instantanément un satellite d’une demi-tonne, à 430 km de distance. Que ferait-il sur une population ou sur une centrale nucléaire ? Oui, car la « stratégie de leur Paix de domination » passe par la guerre à l’arme la plus puissante pour un « contrôle planétaire » sur… des cadavres. Et d’ici peu, nous saurons que la super arme de l’Harmaguédon sera le Rayon d’Antimatière, mais l’Ordre Spatial de Résolution envers l’humanité terrestre sera déjà activé.

    • Les manipulations mentales. L’Establishment de la politique économique gouverne les pensées, le travail, le comportement et la consommation des masses. Il pousse à l’obéissance au Système avec les distractions et l’intimidation, les publicités du consumisme et les manipulations culturelles et éducatives dès l’enfance, dans le but de faire perdre la possibilité de critique et de l’auto conscience, atrophiée par les jeux vidéo, les narcotiques et les discothèques, qui rendent apathiques et gérables.

    • La démystification. Démasquer les découvreurs, démonter les contrinformations, afin que les gens ne croient plus à rien et en arrivent au je-m’en-foutisme, à l’égoïsme et à la robotisation.

    • Effectuer des « canalisations » poussées. Intercepter et interférer télépathiquement sur certains sensitifs par des effets psychos acoustiques. Créer pratiquement de « nouveaux » pseudo-contactés et interférer sur ce qui est déjà connu des vrais messages extraterrestres, même s’ils proviennent de rencontres personnelles. Créer donc une extrême confusion pour dominer l’humanité selon leur vouloir.

     

    Mais cela, Eugenio nous l’avait présagé en des temps lointains :

     

    Pouvoir et Domination Psychologique

    Les armes psychologiques au service du pouvoir ne sont pas moins efficaces que les armes traditionnelles.

    Les peuples de toute la Terre sont entraînés dans cette subtile et bouleversante méthodologie de l’ère moderne. Les réactions désirées, pour arriver à ces fins, sont à priori escomptées, et avec les effets voulus.

    Les plans émotionnels, tressés dans la nature humaine, sont habilement instrumentalisés et mis en condition de servir les intérêts d’un pouvoir ou d’un autre, ainsi que d’un bloc ou d’un autre. « La droite heurte la droite, en suscitant ainsi une réaction vers la gauche et vice-versa ».

    Une méthodologie qui vise à réduire les hommes à l’esclavage, en les rendant partisans d’une intelligence rusée, diabolique et avide de folle domination. Les gros intérêts des magnats de la mort sont ainsi protégés et peu importe si le frère se déchaîne contre son frère et le fils contre son père.

    Les morts n’ont aucune valeur et les Droite Humains en ont encore moins.

    Une Vérité qui fait frémir ! 

    Eugenio Siragusa, Nicolosi le 11.2.1982

     

    « Attention ! Veillez à ne pas tomber dans les filets des manipulateurs psychologiques, qui visent à réélaborer des relations, des faits et des événements de la fonction politique, en utilisant une méthodologie subtile, afin de désorienter, de confondre et de susciter des appréciations unilatérales du pouvoir, y compris temporaire.

    Que le Discernement soit votre moyen pour enquêter, afin de relever le motif Réel qui pousse l’un ou l’autre parti, complice, à mettre en circulation des nouveaux « Elaborateurs ».

    La Bataille de l’Harmaguédon est en cours ; elle signifie : guerre psychologique déterminante pour le Triomphe du Bien sur le mal. Certains instituts, très mimétiques, ont le devoir précis de mettre en circulation des révélations élaborées, y compris sur Fatima, afin de justifier certaines involutions dégénératives.

    Attention donc ! Soyez comme le Maître, qui vous a recommandé d’être « Prudents comme les serpents et purs comme les colombes ».

    Eugenio Siragusa, Nicolosi, le 27 Août 1984, à 16 h 30

     

    Il y a des nouvelles qui font tressaillir d’angoisse lorsqu’on en parle, telle que l’hibernation du corps humain ou un certain « Avatar Project », c’est-à-dire l’intention de « créer un cerveau humain dans un corps – avatar - et y transplanter l’esprit d’un homme, afin de pouvoir contrôler un hologramme humanoïde… et obtenir l’immortalité. Je crois que la fantastique et lucide folie n’a plus de limites ! C’est un rêve de plusieurs milliards ; non seulement ils ne savent pas comment détruire la possibilité de faire vivre celui qui n’a pas de pain, mais ils n’ont aucune idée de Qui est l’homme.

    Je crois que la phrase « Non, il n’y a plus rien à faire » qu’Eugenio a dite, il y a plusieurs années, s’est transformée depuis quelque temps en « Seigneur, que Ta Justice arrive vite ! »

     

    Elle est différente de la justice des hommes :

     

    « La Justice des Puissants et la Justice des Faibles.

    La première est coercitive ! La seconde subit et se rebelle !

    La Justice exercée par les dominateurs actuels, outre à humilier et blesser la Justice du pacifique, du débonnaire et du pur de cœur, aiguillonne, par de subtiles tromperies et des manipulations d’envoûtement psychologique, la force de ceux qui possèdent les richesses et qui rendent esclaves les autres dont ils tirent leurs profits.

     

    Voilà la Justice des Puissants !

    C’est la force de leur droit qui est identifiée dans tous les abus, dans tout gain illicite, obtenu avec une attitude démagogique. Souvent, la Justice qui devrait défendre le Droit du faible contre le fort, du pauvre contre le riche et de l’humble contre l’arrogant, s’entoure de partisannerie, en révélant son injustice et donc l’exaltation de la Justice des faibles, d’où rébellion, violence et incrédulité. Et c’est le chaos ».

    Eugenio Siragusa, Nicolosi 15.03.1982

     

    « La pauvreté est frustrée par l’opulence, qui s’arroge le droit pervers de dominer et de faire macérer les chairs du prochain, haï et rendu esclave, violenté dans ses droits humains les plus élémentaires. L’orgueil de celui qui a beaucoup et l’humiliation de celui qui a peu ou rien ».

    « Donne et il te sera rendu le double, a-t-il été dit, écrit et légué. Aux indolents et aux hypocrites n’est donné que leur destin, car ils sont infidèles et menteurs ».

    « L’ordre d’un pouvoir ou d’un autre – dit Hoara – oblige celui qui connaît la vérité à se taire, sous peine de persécution ou même de suppression de sa vie. C’est le point culminant de votre absurde civilisation ! 

    Les menaces et la peur contraignent au silence ceux qui sont honnêtes ; ainsi, eux aussi deviennent complices, par la force, de la malhonnêteté de l’une ou l’autre des forces dominantes. Le pouvoir existant sur votre Planète, est prospère et il devient fort, car il agit sur l’ignorance et sur l’instrumentalisation des peuples, habilement manipulés dans leur psychisme et rendus pratiquement esclaves et serviteurs d’une stratégie déterminée, mise en action par l’une ou l’autre des puissances dominantes.

    Ceux qui se disputent la domination absurde du Monde savent très bien que nous existons, même s’ils ne connaissent pas nos desseins. »

    Ce que j’ai toujours voulu souligner n’est pas de caractère culturel, ni un encouragement à soigner les effets. On discute beaucoup et toujours sous l’égide de l’information contrôlée, sur la façon de « nettoyer » les déchets radioactifs, les déchets des hydrocarbures ; comment purifier les eaux polluées, comment se défendre des suspensions atmosphériques, des attaques à notre système immunitaire, toujours plus graves et incurables, et aux organes vitaux de notre corps. Pour notre science, cela est « impossible ».

    Il est dit dans un article : « Avec la pollution atmosphérique et le réchauffement global, on risque une épidémie d’allergies »… on fait semblant de découvrir que l’eau est chaude alors qu’elle bout depuis cent ans !

    Les pathologies allergiques, l’asthme et les rhinites ont toujours moins de réponses thérapeutiques adéquates, même personnalisées. A quoi servent les belles paroles des grands professeurs et des insignes chercheurs si tout reste inexorablement infesté et si la vie biologique, comme il a déjà été dit de nombreuses fois, est devenue un cancer ?

    Je le répète : seul le soin radical apporté aux CAUSES aurait pu sauver la vie sur cette Planète, martyrisée par nos diableries autodestructives. Mais à quoi sert-il de le répéter si l’homme a déraisonnablement décidé ? Il est inutile de se dédier encore à un présent escompté qui se complait dans le moderne veau d’or des « oublis ».

     

    « Que celui qui a des oreilles entende

    Le renouveau du Monde naîtra de l’Esprit de Jean.

    De la terre bénie de Dieu, « la Galilée des gentils », sortira, dans le triomphe de la Justice, le pilier principal destiné à soutenir l’édifice en construction du nouveau Monde.

    Tout ce qui ne sera pas supporté par la Loi Suprême, découlant du nouveau pacte, sera placé sous jugement sévère et condamné à la seconde mort.

    Les Milices Célestes sont déjà à l’Œuvre, illuminées et soutenues par la Puissance du Saint Esprit. Les bienheureux, les valeureux et les éprouvés naissent et croissent en se fortifiant dans l’esprit, afin d’être de dignes héritiers du nouveau peuple de Dieu et de son Céleste Règne sur la Terre.

    L’Esprit de Jean, Consolateur et Messager, a déjà parlé sur le péché de ne pas avoir cru et sur la fin du Monde. Débouchez-vous les oreilles et ouvrez bien les yeux, si vous voulez être sauvés. Malheur à vous, fils ingrats et dégénérés, car je vous dis, en vérité : « Vous serez battus et exilés du Règne de la Lumière, tant que vous ne plierez pas l’échine devant le Suprême Bien de la Justice, de l’Amour et de la Paix du Vrai et Unique Père : Dieu ».

    Le Consolateur, Nicolosi, le 19.10.1978 à 10 h 15

     

    Le Grand Esprit est venu une dernière fois ; il a œuvré, depuis la Galilée des Gentils, en Eugenio. Il s’est mêlé à nous, dans cette dimension terrestre, puis s’en est allé. Qui l’a reconnu ?

    Qui l’a ressenti vibrer en son esprit ? Il me reste à l’adorer et à le remercier au nom de nous tous, avec la grande tristesse de voir que beaucoup de ceux qui devaient se réveiller et croître grâce à Lui, en le reconnaissant dans l’intimité, qui nous avait déjà été donnée dans le passé, au lieu de cela l’ont trahi, car ils se sont humanisés (ils ont passé du côté de ceux qui se prédisposent à être des anges déchus et tentateurs). La grosse erreur qu’ont faite ceux qui auraient dû croître grâce à Eugenio est leur orgueil protagoniste ; nous aurions dû, au contraire, apprendre infiniment et déverser sur les autres ce qu’Eugenio avait fait, en témoignant et en se souvenant de ce qu’avait été et de ce qu’est Son Œuvre.

    Tous les envoyés ou les illuminés ont fait, au moment de leur histoire, ce qu’ils devaient faire pour pousser l’évolution de l’humanité, qui avait besoin de retrouver la voie de la rédemption générale ou individuelle : avec Eugenio, la boucle s’est fermée, le choix de l’humanité rebelle s’est conclu.

    J’ai continué à parler pour ceux qui ont maintenu une relation avec Eugenio, sur la durée. Mais cela vaut-il la peine d’en parler encore ? N’y a-t-il pas le risque que ces concepts, déjà copiés et traités pour d’autres usages, le soient encore, en perdant leur pureté et en offrant aux trompeurs un projet à exploiter pour tromper les autres ? Internet, qui aurait pu être un moyen moderne de communication, est devenu le meilleur moyen de faire une salade de toutes choses, à l’usage et à la consommation des manipulateurs des pouvoirs secrets, pour épier, conditionner et amener les masses à la confusion ; sans compter les impudents, sans scrupules, dont je lis, je vois et je ressens que chacun d’eux veut dire la sienne. Il est paradoxal que de modernes écrivains ou orateurs veuillent réinventer d’antiques vérités, outre que d’en faire du mercantilisme. 

    Aujourd’hui, en marchant par les rues ou dans tous les types de rencontres, celui qui a un esprit sensible et ouvert se heurte à la fourberie la plus enracinée, à la plus tordue et froide violence, à l’égoïsme calculateur, à l’agression pour arriver en premier et à l’arrivisme à l’argent, tous instruits par l’exemple des mauvais éducateurs.

    Cette forme d’anarchie, par rapport à la Nature et à la Planète, s’est désormais totalement enracinée, puisqu’elle découle de la toujours plus irréversible désillusion envers la politique humaine, la vie sociale, l’insatisfaction et la chute de la correction. Comment faire donc pour dire encore d’autres choses, lorsque les paroles sont interprétées, manipulées et utilisées par chacun à sa façon ? Les temps ne sont plus ceux dans lesquels Eugenio conseillait et dans lesquels l’humanité aurait pu croître et apprendre. Ce ne sont plus les temps de la divulgation, mais les temps de la reddition des comptes, depuis plusieurs années. Cette humanité à la débandade est toujours plus dans la dépendance. Aux volontaires, je suggère de relire les messages que les Intelligences du Cosmos nous ont laissés. Je ne peux avoir encore la faiblesse de répéter ce qui était valable par le passé. Eugenio l’a déjà dit depuis de nombreuses années.

     

    « De l’Absolu au Relatif

    La bête assoiffée de sang et de destruction s’est insinuée dans le cœur des hommes en corrodant la vue, l’ouïe et tout ce qui le vivifie de savante sagesse. Leurs œuvres, stimulées par cette maléfique intelligence, détournent avec un cynisme inouï et des pouvoirs de mort, les Lois de la Vie et son Droit Sacré d’être vécue. A qui la faute ? L’égoïsme humain, augmenté de façon hypertrophique, alimenté et sanctionné par une persévérance diabolique, élève toujours plus sa noire bannière de violence la plus impitoyable, de génocides les plus atroces et de délits les plus déshumanisés ; ainsi la bête exulte, avec le consentement de ceux qui la nourrissent et la paissent, avec le creuset où le sang et la chair des pacifiques et des débonnaires sont sacrifiés, pour le plaisir sadique de celle qui aime le délire de la douleur et de la mort. Mais il est vrai que la Puissance des Immortels est déjà à l’Œuvre, afin que la Justice arrive et qu’il en soit fait selon la Volonté du Très-Haut Maître de la Vie Eternelle ».

    Eugenio Siragusa, le 15.10.1978

     

    Le Temps est à la porte. Les flottes spatiales attendent le Bon ordre.

    C’est le Temps du Père et Lui seul sait ce qu’Il fera de chacun de nous.

     

    Orazio Valenti

Scarica libri gratuitamente

Forum

Forum offline

Blog

  • Fukushima, dopo disastro nucleare, farfalle ereditano mutazioni genetiche

    Author Federico

     

    Dallo studio, pubblicato su Nature, risultano ali più piccole e malformazioni agli occhi. "Le alterazioni - dice Joji Otaki professore associato all'Università Ryukyu di Okinawa - sono state trovate in tre generazioni sollevando timori che le radiazioni potrebbero aver generato mutazioni anche in altre specie"

    farafalle_interna
     

    Quando i reattori esplosero il 12 marzo 2011, loro dormivano nella terra in attesa della primavera. Gli studiosi le hanno catturate due mesi dopo la tragedia, le larve avevano lasciato il posto agli esemplari adulti ma nel bozzolo era accaduto qualcosa di nuovo: avevano ali più piccole, occhi irregolari, antenne malformate. Sono le farfalle di Fukushima, il vento nucleare che le investì quando ancora dormivano nelle loro crisalidi ha causato loro delle mutazioni genetiche che si sono trasmesse anche alle generazioni successive. “Attraverso questa farfalla noi monitoriamo l’ambiente in cui vive l’uomo”, spiegano i ricercatori dell’Università di Ryukyus, Okinawa, che le hanno studiate e la cui ricerca è stata pubblicata dalla rivista Nature.

    Si posano leggere tra i petali delle peonie e dei fiori di pesco nelle rappresentazioni dell’arte tradizionale giapponese. Sono note come Pale blue grass per loro colore azzurrino, il loro nome scientifico è Zizeeria maha e in Giappone sono diffusissime. L’esperimento condotto su di loro dall’Unità di Fisiologia Molecolare del Dipartimento di Chimica, Biologia e Scienze Marine dell’università di Okinawa è avvenuto in tre fasi. A fine maggio del 2011 i ricercatori hanno catturato 144 esemplari in 10 diverse aree del Paese, tra cui la zona di Fukushima. Mettendoli a confronto, i ricercatori hanno scoperto che nelle aree sottoposte ad una maggiore quantità di radiazioni erano cresciute farfalle con ali molto più piccole e un apparato visivo sviluppato in maniera irregolare.

    Nella seconda fase, i ricercatori hanno fatto riprodurre queste farfalle in laboratori lontani 1.750 km da Fukushima, in ambienti privi di radiazioni, e hanno notato mutazioni anche nella seconda generazione: nel 18% dei casi, le antenne utilizzate per esplorare l’ambiente e cercare i partner per la riproduzione erano malformate. Sei mesi più tardi, settembre 2011, è partita la terza fase: i ricercatori hanno raccolto 240 nuovi esemplari adulti e hanno scoperto che le farfalle della zona di Fukushima mostravano un tasso di mutazione doppio (il 52%) rispetto a quello riscontrato subito dopo l’incidente. “Siamo giunti alla conclusione – ha spiegato Joji Otaki, professore associato all’Università di Ryukyus – che le radiazioni rilasciate dalla centrale di Fukushima hanno danneggiato i geni delle farfalle e che le mutazioni sono state trasmesse alle generazioni successive, sebbene non fossero evidenti in quelle precedenti”.

    Il team di ricercatori studia la Pale blue grass da 10 anni, considerandola un vero e proprio indicatore ambientale. Nell’ultimo studio condotto prima di Fukushima, avevano “osservato come il colore delle ali sia mutato in conseguenza del riscaldamento globale – ha spiegato ancora Otaki all’AFP – e poiché è un insetto molto diffuso nelle aree urbanizzate, come i giardini e i parchi pubblici delle nostre città, lo consideriamo un indicatore molto attendibile della salubrità degli ambienti in cui vive l’uomo”.  Ora la ricerca dimostra come i radionuclidi rilasciati dall’esplosione dei reattori della Tepco siano in grado di influenzare lo sviluppo degli animali anche molto tempo dopo che le radiazioni residue nell’ambiente sono decadute. 

    La comunità scientifica è divisa. “Questi risultati dicono molte cose sulle conseguenze che l’esplosione potrebbe avere sugli abitanti di Fukushima”, ha spiegato Tim Mousseau, biologo dell’Università della South Carolina, che studia da anni anni gli effetti dell’esplosione di Chernobyl. Kunikazu Noguchi, professore associato di protezione radiologica al Nihon University School of Dentistry, è scettico: “Abbiamo bisogno di più studi per verificare il quadro complessivo dell’impatto sugli animali”.

    Ma gli allarmi si susseguono da tempo. Tracce di cesio vennero trovate prima nelle acque del mare di Fukushima, poi nel riso, quindi lo scorso dicembre nel latte in polvere per i bambini, prodotto dall’azienda nipponica Meiji. Agli inizi di agosto particelle di cesio radioattivo sono state riscontrate nel pesce pescato al largo delle coste delle prefettura di Shizuoka, Niigata e Iwate. Dati più precisi arrivano da una ricerca dell’università californiana di Stanford pubblicata il 17 luglio sulla rivista Energy and Environmental Science: le radiazioni liberate dall’esplosione potrebbero provocare tra 15 e 1.300 morti e tra 24 e 2.500 casi di cancro.

  • In gioco c'è la scelta del suo successore

    Author Federico

    Giacomo Galeazzi e Francesco Grignetti
    Città del Vaticano

    In gioco, come è di tutta evidenza, ci sono gli equilibri più delicati del Vaticano. E lo scontro che si va consumando dietro il Portone di Bronzo riguarda la posta più alta che ci possa essere: la scelta del prossimo Papa. Così la leggono, almeno, gli analisti più fini. Secondo una lettura condivisa anche dall’«intelligence» italiana, è in corso una guerra di posizione tra almeno due schieramenti l’un contro l’altro armati. Da una parte la vecchia guardia, la diplomazia della prestigiosa scuola di piazza della Minerva (Sodano, Sandri). Dall’altra il nuovo che avanza: Bertone e i suoi fedelissimi (Versaldi, Calcagno, Coccopalmerio, Bertello). Che le munizioni siano documenti segreti che finiscono ai media, poco conta. Resta il fatto che i vertici della Santa Sede stanno smottando, una casella alla volta. Tutti gli «infedeli» debbono essere cacciati, nessuno deve rimanere in sella. Prima il segretario generale del Governatorato, l’arcivescovo Carlo Maria Viganò. Poi il presidente dello Ior, Ettore Gotti Tedeschi.



    Non è un mistero che nel mirino dei «corvi» ci sia ora il segretario di Stato, Tarcisio Bertone. Ieri il Pontefice ha esternato pubblica fiducia verso i suoi più «stretti collaboratori» proprio per puntellare la posizione del suo braccio destro. E’ la gestione bertoniana, però, che avrebbe scatenato la faida dentro la Curia vaticana. Un passo, in particolare. La nomina da parte del Papa di 22 nuovi cardinali nel concistoro del 18 febbraio. Erano mesi che se ne parlava nei corridoi del Vaticano. Ma quando si sono conosciuti i nomi, alla corrente ostile a Bertone è parso chiaro che gli equilibri nel Sacro Collegio stavano cambiando perché molti dei nuovi cardinali erano italiani e molti quelli considerati di osservanza bertoniana. E così un intellettuale cattolico che parla chiaro come lo storico Alberto Melloni spiegava fuori dai denti: «Ormai lo hanno capito anche i sassi, è dentro il cuore del potere curiale che si addensa il grosso delle tensioni e delle insoddisfazioni».



    Certo, nel collegio cardinalizio la componente italiana è molto forte, ma da che mondo è mondo i cardinali non hanno mai votato guardando alla bandiera. Gli italiani hanno perso il conclave nel ‘78 e nel 2005 non perché fossero pochi ma perché erano divisi. La maggioranza nel prossimo conclave, dunque, è la vera posta in gioco. Ovvero gli equilibri tra le diverse cordate.

    Il tutto in vista di una scadenza che è nella natura delle cose, considerando che Benedetto XVI ha compiuto 85 anni. L’accenno di ieri all’adempimento del suo ministero conferma che Benedetto XVI non ha la benché minima intenzione di dimettersi. Una proposta che il direttore del «Foglio» Giuliano Ferrara, tra gli altri, è tornato a prospettare in questi giorni. «Elucubrazioni giornalistiche», l’ha liquidata il portavoce vaticano Federico Lombardi. Lo stesso Ratzinger, peraltro, non aveva escluso l’ipotesi di dimettersi, nel libro-intervista «Luce del mondo», qualora non fosse più in grado di guidare la Chiesa per impossibilità fisica, psicologica o spirituale, ma aveva precisato che un comandante non lascia la nave nei momenti di difficoltà.



    Intanto si annuncia ormai un nuovo concistoro, che si dovrebbe tenere a dicembre e che qualcuno Oltretevere chiama «di risarcimento» perché dovrebbe ristabilire gli equilibri destabilizzati dall’ultima infornata di porporati. Anche gli episcopati nazionali manifestano malumore per la sproporzione tra capidicastero premiati con la berretta cardinalizia e Chiese locali sottorappresentate nel Sacro collegio.


    La tempistica della fughe di documenti fa pensare ad un piano predefinito, ma resta da vederne gli effetti. Quanto la «guerra dei veleni» all’interno della Curia romana può accrescere o diminuire le chance di ascesa al Soglio di Pietro di un candidato italiano dopo due pontefici stranieri? Uno scenario sotto osservazione dell’«intelligence» soprattutto da quando un papabile italiano (l’arcivescovo di Milano, Angelo Scola) è in pole position per la successione. «Il Papa non è fuori dalla disputa, alla fine farà giustizia ed emergerà chiaramente chi avrà vinto e chi avrà perso in questa contesa», assicura un cardinale «mediano» tra le due fazioni in lotta. La commissione cardinalizia non fa sconti, tiene «audizioni» con monsignori e porporati, riferisce personalmente al Pontefice ciò che di più grave emerge. L’attenzione è focalizzata in particolare su un cardinale di Curia di lungo corso.



    «I cardinali rispondono al Papa, se ci sono problemi seri che riguardano un cardinale sicuramente dev’essere coinvolto - spiega padre Lombardi -. Non può dipendere dal capo della Gendarmeria o dal magistrato inquirente se interrogare o meno un cardinale». La commissione d’inchiesta raccoglie testimonianze e informazioni su Vatileaks, ma è tutt’altro che risolta anche la partita-Ior. Nel «direttorio» della banca del Papa, i cardinali Nicora e Tauran hanno chiesto chiarimenti sulla sfiducia a Gotti Tedeschi. «Non poteva restare presidente: faceva scenate in consiglio e trattava male gli altri componenti laici del board», spiega un banchiere vicino a Bertone. Se l’orizzonte ultimo è il conclave, la tappa intermedia è la segreteria di Stato. A dicembre Bertone compie 78 anni e il Papa potrebbe sostituirlo per pacificare la Curia. A seconda se al suo posto andrà il ministro degli Esteri Mamberti (continuità) o Sandri (cambio di direzione) si capirà quale fazione ha avuto la meglio.

    FONTE

  • Il controllo del pianeta

    Author Federico

    Il controllo del pianeta


    Il minimo che animali da compagnia di qualsiasi genere possano aspettarsi dai loro padroni è il cibo, aria e acqua pulita come anche le cure necessarie quando si ammalano. Dall'altra parte, questo è quello che, come sappiamo, sta accadendo all'umanità:


    1) Organizzazioni globaliste come il Codex Alimentarius si stanno gradualmente assicurando che tutto il "cibo" di cui si nutrono gli umani venga snaturato, irradiato e privato degli enzimi necessari, minerali, acidi grassi nutrienti ed essenziali. Al loro posto il gregge umano viene obbligato a consumare cibo trattato, gran parte del quale è geneticamente manipolato, contenente ingredienti cancerogeni e conservanti. Presto diventerà illegale possedere, figuriamoci piantare sementi naturali. Il "cibo" ci fa letteralmente ammalare.
    2) Le medicine forniteci dal cartello farmaceutico ci fanno ammalare e i trattamenti medici forniti dal sistema medico sono ugualmente inefficaci, ci fanno peggiorare quando non ci uccidono. Vaccini corretti con virus e coadiuvanti provocano il cancro e rendono i bambini autistici, oppure provocano loro le convulsioni. La combinazione tossica di vaccini, farmaci, cibo geneticamente modificato, acqua col fluoro hanno causato il diffondersi della sterilità nei maschi umani. Centinaia di Supplementi Naturali verranno banditi nell'Unione Europea quest'anno, e nel resto del mondo a seguire.
    3) Le scie chimiche nei nostri cieli diffondono sostanze inquinanti che causano malattie e che potrebbero persino influire sul DNA. Corporazioni transnazionali deturpano sistematicamente l'ambiente con inquinanti tossici; un perfetto esempio recente è la British Petroleum, che ha deliberatamente avvelenato il Golfo del Messico con petrolio e disperdenti con conseguenze a livello planetario. A Fukushima va avanti la fissione spontanea; i radionuclidi verranno dispersi nella corrente a getto che diffonderà i particolati altamente tossici in tutto il pianeta. Fukushima è stato un evento pianificato. Piante e animali geneticamente modificati, introdotti nell'ecosistema, stanno causando mutamenti nelle colture naturali e nella vita selvatica. Sta morendo un enorme numero di api. HAARP e armamenti creano "disastri naturali" artificiali in tutto il mondo, diminuendo ulteriormente il cibo naturale. I mercati vengono manipolati a New York e Chicago facendo aumentare i prezzo degli alimenti, con conseguenze aumento della fame.
     4) Un sistema di Fiat Currency (sistema di denaro virtuale) ha indebitato ogni nazione sulla Terra nei confronti del cartello bancario internazionale, che è lo strumento operativo principale dei padroni Rettiliani sul pianeta. Innumerevoli persone e famiglie in Occidente sono state rese finanziariamente indigenti mentre i popoli del Terzo Mondo lo sono stati già da molto tempo.
    5) La gente viene "dis-istruita". Il sistema di istruzione è gestito da comportamentisti e psicologi che usano le tecniche skinneriane (da B.F. Skinner, psicologo americano, ndr). Di conseguenza, intere generazioni sono assolutamente incapaci di pensare in modo indipendente. La serie di terribili cataclismi geologici conseguenti a comete e forse guerre interplanetarie vengono accantonate come assurdità dagli pseudoaccademici del sistema. I significati delle parole sono stati distorti. Invasioni militari vengono descritte come "interventi umanitari". Chi protesta contro la guerra viene definito "terrorista" e chi crede nella Verità (ad es. qualsiasi verificabile verità che contrasti con il consenso dei media corporativi) viene demonizzato come "estremista". Quanto sopra e molto altro potrebbe essere attribuito puramente agli umani, se non fosse per gli innumerevoli, documentatissimi racconti di abduction di umani da parte di Rettiliani. I Rettiliani sono una realtà oggettiva. Vi sono moltissimi video su Youtube e Google che mostrano ibridi umano-rettiliani con pupille verticali in televisione, che manipolano e mentono al pubblico. Le loro pupille verticali e occasionali mutamenti di forma li tradiscono. Il rapporto di ibridi umano-rettiliani in posizioni di potere e influenza rispetto agli "umano normali" dovrebbe far pensare chiunque a chi e cosa controlli veramente il pianeta. Prima di tutto dobbiamo riconoscere lo stato di Vassallaggio Cosmico in cui ci troviamo. Se si sveglierà in tempo un numero sufficiente di persone, riconoscendo la realtà del Dominio Rettiliano, potremo ancora affermare la nostra libertà e liberarci dal giogo della loro oppressione. Non è troppo tardi. Se pensate che mi stia inventando tutto, allora date un'occhiata alla Luna...

Demo

La separazione tra Giorgio ed Eugenio.

"Eugenio: che sono i valori iniziali...i miei valori iniziali che non erano quello di oggi
Miguela: finchè tu seguivi una certa scia era comprensibile che tu usassi i suoi simboli
Eugenio: eh... eh...     
Miguela: ..... perchè la gente è confusissima
Giorgio: non mi interessa della gente"

Guarda video

Demo

I Black Men sono terrestri

Questi strani individui vestiti in nero e con occhiali, non sono, come qualcuno ha affermato, Extraterrestri, ma terrestri al servizio delle forze dissuasive di quelle superiori verità che la grande massa dell'Umanità non deve conoscere

read more